Eolienne
Proparco et IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale, investissent respectivement 35 et 100 millions d’euros dans la première émission d’obligations vertes de la Banque Central Populaire (BCP) pour promouvoir des projets durables et respectueux de l’environnement au Maroc.

Il s'agit de la première émission d'obligations vertes en devise étrangère pour le Royaume et pour IFC et Proparco de la première souscription à des obligations vertes dans la région.

D’une maturité de dix ans, ces obligations permettront à BCP, l'un des plus importants groupes bancaires marocains, de refinancer sur le long terme certains projets d'énergie renouvelable.


L’objectif principal de cette opération est de créer un mécanisme de financement durable pour que les banques prennent en charge les investissements à long terme sur des actifs verts, en canalisant l'argent institutionnel privé vers la finance climatique via les marchés financiers.

« Il s'agit d'une opération stratégique qui marque, d'une part, notre positionnement de banque pionnière en matière de financement de projets d'énergie renouvelable et, d'autre part, témoigne de la confiance dont jouit le Groupe BCP auprès des plus grandes institutions financières internationales », a déclaré Abdeslam Bennani, le Directeur Général Adjoint en charge de la Banque de Financement et d’Investissement à la BCP.

« Cette initiative innovante et historique s’inscrit en ligne avec les engagements pris l’an dernier par le Maroc lors de la COP22 à Marrakech », a précisé Yazid Safir, responsable du bureau Afrique du Nord de Proparco. « Cette opération pilote pour Proparco nous permettra de stimuler le marché des capitaux marocains et de développer de nouvelles souscriptions à des Green Bonds dans d'autres géographies, tout en renforçant notre partenariat de longue date avec le groupe BCP. »

Ce nouvel investissement d’IFC fait partie de sa stratégie globale qui vise à créer des marchés en débloquant des investissements pour financer les projets du secteur privé, et à répondre à la demande croissante en énergie renouvelable et efficacité énergétique. « Lutter contre le changement climatique est une priorité d’IFC dans la région et le Maroc est très actif dans ce domaine », a indiqué Mouayed Makhlouf, le Directeur d'IFC pour la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. « En s’appuyant sur notre partenariat de longue date avec la BCP, nous voulons encourager davantage d'investissements du secteur privé dans des projets à long terme d'énergie renouvelable, qui ouvrent la voie à un développement et une croissance économique plus durables. »

Le financement devrait aider à économiser l’équivalent de 938 000 tonnes d’émissions de CO² en moyenne par an, ainsi que l'équivalent de 17,36 millions de tonnes de CO² en économies de gaz à effet de serre sur le reste de la durée de vie des projets financés.

Le Rapport d’IFC Climate Investment Opportunities Report, publié en novembre 2016, a identifié des opportunités d'investissement climatique dans certains secteurs de l’ordre de 23 000 milliards de dollars dans 21 pays émergents d'ici 2030 et de 68 millions de dollars rien qu’au Maroc.

Le climat est au cœur des priorités de Proparco qui s’est engagée à consacrer 2 milliards d’euros d’ici 2020 à des projets participant à la lutte contre le changement climatique.

Le programme de Green Bond d’IFC contribue à inciter l'investissement privé dans des projets à faible émission de carbone. En juin 2017, IFC avait émis 5,8 milliards de dollars en obligations vertes dans 12 devises.